piste ski montagne sapins
Sport

Avis : le yooner peut-il détrôner le ski ?

Le yooner, ce nouveau sport de glisse en montagne n’arrête pas de faire parler de lui depuis quelque temps. Avec la crise sanitaire et les stations fermées, le yooner est rapidement devenu une référence chez les jeunes et les moins jeunes qui étaient en manque de sensation. Voici mon avis sur cette activité de glisse.

Qu’est-ce qu’un yooner ?

Avant de commencer à donner mon avis sur le yooner, je pense qu’il est important de remettre un peu de contexte et parler de son histoire. Le yooner est donc né dans les Aravis, qui est une chaîne de montagnes française situé entre la Haute-Savoie et la Savoie. À l’époque, les petits montagnards devaient se rendre à l’école même par temps de neige et peu importe de la quantité de poudreuse au sol. Les chemins de montagne étaient souvent enneigés et sont semés de pentes rudes. Ainsi, en hiver, les écoliers se rendaient à l’école en luge. Mais cette dernière n’était pas pratique à cause de son poids (avec sa composition en bois lourds), elle est également encombrante dans les salles de cours et surtout incontrôlable dans la descente des cols.

C’est avec ces problématiques que les montagnards ont inventé et développé un autre système de transport, plus compact et maniable que la grosse luge en bois. Cette nouvelle invention s’appelle le paret. Sa maniabilité, sa légèreté et sa glisse rapide donnait des sensations similaires au ski, tout en étant assis. Par la suite, le paret a connu quelques modifications sur ses caractéristiques pour devenir un yooner. Fort de l’expérience du paret, le yooner en est sa version améliorée pour les pratiques modernes de notre société actuelle. Il n’est donc plus question de se rendre en paret à l’école, mais je suis sûre que j’aurai adoré le faire.

Comment se servir du yooner en montagne ?

Pour l’avoir déjà testé, rien de plus simple. Il faut savoir que le yooner est composé d’une assise, d’un amortisseur, d’un manche pour se diriger et d’un patin ressemblant à un petit ski. Les pieds sont au contact avec la neige et ça permet de garder l’équilibre lors de virages un peu trop serrés. Une fois installé sur son yooner en haut d’une piste, il suffit de s’élancer en poussant sur les pieds et c’est parti. La prise en main est rapide et c’est vraiment idéal pour les personnes qui ne savent pas skier. Bien sûr, les skieurs ou snowboardeurs peuvent aussi en profiter.

Le yooner, c’est un sport de glisse qui donne de vraies sensations quand on est à ses commandes. Nul besoin de prendre des cours, il suffit simplement de dévaler les pistes, avec un casque de préférence. Déjà présent dans les stations de ski depuis plusieurs années maintenant, la folle tendance de ce dernier n’est pas près de s’arrêter. La fermeture des stations de ski à cause de la crise sanitaire liée à la Covid-19 a grandement participé au développement du yooner et il est fort possible que nous le retrouvions sur les pistes quand les montagnes seront prêtes à nous accueillir, vêtues de leur or blanc.

Pourquoi prendre un yooner plutôt qu’une paire de ski ou un snowboard ?

Comme je l’ai déjà dit un peu plus haut, savoir faire du ski ou du snowboard à bon niveau demande énormément d’efforts et plusieurs années passées sur les pistes pour se perfectionner. La plupart du temps, il est nécessaire de prendre des cours avec un moniteur de l’école française de ski (ESF) pour monter en niveau plus rapidement. Cette option avec l’ESF a bien évidemment un coût. Sinon, si des amis ou de la famille savent faire du ski ou de snowboard, il faut qu’ils aient l’envie de transmettre leur savoir-faire dans ses disciplines.

L’apprentissage de ces sports de glisse demande bien trop d’efforts quand on n’a pas eu la chance d’en faire dès le plus jeune âge. C’est pourquoi je tiens à donner mon avis sur le yooner, car pour moi, c’est une vraie solution alternative au ski. Voici une liste des éléments qui me font dire que le yooner est idéal pour débuter en sport de glisse en montagne :

  • Le yooner est moins physique que les autres sports de glisse en montagne, car on est assis ;
  • Il ne nécessite pas de compétences particulières pour être rapidement pris en main ;
  • Il y a moins de risque de se blesser, plus ou moins gravement, avec un yooner comparé aux accidents survenus à ski et en snowboard ;
  • Les sensations de glisse sont similaires au ski, même si le fait d’être assis n’est pas totalement comparable ;
  • Ceux qui ne savent pas skier peuvent enfin profiter des joies de la glisse sur les pistes des stations de ski.

Mieux vaut acheter un yooner ou le louer ?

Se poser cette question est essentiel et il est nécessaire d’y réfléchir avant de se lancer. En effet, à moins de connaître quelqu’un qui possède un yooner, il n’y a pas d’autres moyens pour en essayer un. Je conseille donc, pour un premier essai, de passer par la case de la location auprès d’un loueur posté en bas des pistes. Le tarif journalier d’un yooner tourne autour d’une dizaine d’euros, ce qui est largement suffisant pour expérimenter l’engin et se faire une idée. Si vraiment l’essai est concluant et que vous partez chaque année en vacances à la montagne, il est fort probable que l’achat de son propre yooner soit rentable au bout de deux ou trois ans d’utilisation.

Où faire du yooner en France ?

Le yooner peut être pratiqué sur les pistes de nombreux domaines skiables en France. Il n’est pas recommandé de faire du yooner en hors-piste, car il n’est pas du tout conçu pour cette activité, qui est dangereuse même en ski ou en snowboard. Les stations indiquent désormais les pistes qui sont accessibles en yooner avec des autorisations en fonction de la météo en altitude, mais aussi selon le niveau exigée pour parcourir certaines pistes skiables. Certains domaines autorisent le yooner uniquement en semaine, quand il y a moins de monde sur les pistes, ou simplement sur quelques pistes du domaine pour éviter les encombrements.

chloe@choufleurlajoliepaillette.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *